Ces femmes qui croient encore en la justicenorbert_zongo                

         

Par Idrissa Barry

Sur le modèle des " Mères de la             Place de Mai " en Argentine, des femmes burkinabè se réunissent             chaque premier dimanche du mois au cimetière de Gounghin à             Ouagadougou. Un rendez-vous mensuel respecté depuis un an par             des femmes qui refusent de baisser les bras après le non lieu             sur l'affaire Norbert Zongo. Pour elles, la fatalité des événements             doit être enterrée au cimetière pour laisser vivre             l'espoir !

         

Dimanche 5 Août 2007, 15h. Le lieu est calme.             Comme il devrait l'être. La pluie du matin rend l'accès             du cimetière très difficile. Il y a de l'eau partout.             Il faut faire des pirouettes pour s'y rendre. Malgré ces conditions,             le rendez-vous mensuel est respecté. Elles arrivent par petits             groupes. Les habituées du rendez-vous sont en tenue de deuil             : noires des pieds à la tête. Elles s'appellent les "             Femmes en noir du Faso ". Né en août 2006, au lendemain             du non lieu sur l'affaire Norbert Zongo, le mouvement célèbre             en ce mois d'août son premier anniversaire. Le hasard de calendrier             a fait que le premier dimanche du mois tombe sur un 5 Août,             date anniversaire de l'indépendance du Burkina. Une date de             souvenir. C'est également pour perpétuer la mémoire             de Norbert Zongo et réclamer vérité et justice             sur son assassinat le 13 décembre 1998 que chaque premier dimanche             du mois, les " Femmes en noir " se retrouvent au cimetière             de Gounghin, secteur 17 de Ouagadougou. Le temps n'a pas entamé             leur détermination, même si leur rencontre est passée             entre temps de chaque dimanche du mois à un dimanche. Les difficultés             liées aux moyens de déplacement les ont amenées             à réduire les fréquences de leur rendez-vous.             Pour ce dimanche 5 août, elles sont une dizaine à faire             le déplacement. Elles se connaissent presque toutes. Une seule             semble être nouvelle. Bébé au dos, elle est venue,             accompagnée de son frère. Elève stagiaire à             Koudougou, elle est en vacances à Ouagadougou. Ce n'est pas             sa première fois de venir en ses lieux. Elle était là             à la première rencontre des " Femmes en noir "             en 2006. Un an après, elle revient trouver presque les mêmes             femmes. De temps à autre, des hommes viennent se joindre à             elles. Comme ce 5 août, où le lauréat du concours             Ciné droit libre, Abdoul Aziz Nikiéma est parmi elles.             Son scénario primé porte d'ailleurs sur leur combat.             Il prépare un film documentaire sur le mouvement. Il y a d'autres             hommes qui sont là, mais ceux-ci sont des habitués du             cimetière plus que les " Femmes en noir " elles-mêmes.             Ces jeunes gens sont assis sur des tombes non loin de celles de Norbert             et de ses compagnons. Certains affirment que ces jeunes viennent ici             tous les jours. Le cimetière est leur refuge. Que font-ils             exactement ? Ce qui est sûr, la position allongée de             certains d'entre eux laisse penser qu'ils viennent se reposer, dormir.             Ils ne font pas beaucoup attention aux femmes et elles non plus ont             fini par s'habituer à leur présence. A 15h 30, la petite             cérémonie peut commencer. Elles s'avancent lentement,             évitant au passage les flaques d'eau et les monticules de tombes             qui jalonnent l'accès de la tombe du journaliste assassiné.             Face à la tombe, elles entonnent la prière de la Vierge             Marie. D'abord en moré puis en français. Leurs doléances             restent les mêmes : paix pour les disparus dans le royaume de             Dieu et justice pour eux sur la terre des hommes. Pour que plus jamais,             l'abominable ne se reproduit. Après la prière, la secrétaire             générale, Mme Fatimata Ouédraogo, lit une déclaration             qui mentionne entre autres "les nombreux soutiens moraux"             qu'elles ont reçus durant ces douze derniers mois.

         

Soutiens et intimidations

         

Le dernier soutien en date reçu par les "             Femmes en noir " vient de la Commission Justice et paix de l'Eglise             catholique du Burkina. C'était en mai dernier où les             membres de cette Commission sont venus se recueillir sur la tombe             de Norbert et demander que le dossier soit ré ouvert. Pour             l'instant, c'est la seule structure au niveau national à les             soutenir ouvertement. Elles ont écrit trois fois au ministère             de la Promotion des Droits humains. Sans réponse. Les soutiens             viennent surtout des individus. Des anonymes pour la plupart. Comme             ce chercheur congolais qui s'est joint à elles lors de son             passage à Ouagadougou en mai dernier. Parfois, elles reçoivent             des messages de soutien par sms qui viennent des provinces. Ce dimanche             5 août, Mme Rouamba Georgette/ Zongo, la sœur de Norbert             Zongo, a reçu deux sms de femmes qui disent être à             Banfora, mais qui disent être de tout cœur avec elles au             cimetière. Mais les intimidations et menaces sont également             fréquentes.
            "Au début, nous étions nombreuses, mais beaucoup             de femmes ont abandonné pour diverses raisons dont des intimidations             et des menaces. ", affirme Mme Rouamba. La sœur de Blaise             Ilboudo, une des victimes de Sapouy, qui venait régulièrement,             aurait renoncé sous les menaces de son pasteur. " Elle             nous a dit que le pasteur de son église l'a appelée             pour lui dire de ne plus venir avec nous au cimetière. Au début,             elle persistait à venir. Puis, un dimanche, à la fin             de notre prière, elle nous a dit qu'elle ne pourra plus venir             parce que son pasteur a dit que si elle continue, il va l'exclure             de son église. ", raconte Mme Rouamba. Depuis ce jour,             elle n'est plus revenue. Les femmes musulmanes ont subi des pressions             similaires : " Des femmes musulmanes du secteur venaient avec             nous. A la fin de la prière catholique, elles faisaient également             leur prière. Elles nous disaient chaque fois que leurs maris             ne sont pas contents. On leur a dit qu'il est interdit à une             femme musulmane d'aller dans un cimetière. Pendant des mois,             elles continuaient à venir jusqu'à ce que certaines             d'entre elles soient menacées de divorce. C'est ainsi qu'elles             ont abandonné. ", explique la sœur du journaliste.             La présidente des " Femmes en noir du Faso " n'est             pas épargnée. Son mari lui fait chaque fois des histoires.             " La dernière fois, il est venu me dire que je serai emprisonnée,             voire tuée si je continue d'aller au cimetière. Il dit             que ce sont des gens qui lui ont dit ça dans une buvette et             que lui, il ne veut pas de problème. Je lui ai dit d'aller             dire à ces gens de venir eux-mêmes me raconter ça.             Moi, je n'ai pas peur. Si je dois mourir pour ça, je suis d'accord.             ", confie Mme Zongo née Tapsoba Martine. Les " Femmes             en noir " doivent faire face également à la désinformation.             " Des femmes me disent qu'on leur a dit de ne pas se fatiguer             venir au cimetière parce que la famille de Norbert a été             dédommagée. On leur aurait dit que la famille a reçu             des millions. ", déclare la sœur de Norbert. Malgré             ces difficultés, les " Femmes en noir " ne cèdent             pas au découragement. Au contraire, elles appellent d'autres             femmes à se joindre à elles: "Notre mouvement ne             manifeste pas contre le pouvoir. On demande seulement à l'Etat             de reprendre le dossier Norbert et de faire la lumière sur             tous les autres crimes.", assure la présidente.
            Ce dimanche 5 août, elles ont encore renouvelé leur engagement             à poursuivre la lutte. Elles estiment que leur combat n'est             pas sélectif. Elles sont ouvertes à tout le monde. C'est             pourquoi elles n'excluent pas d'aller dans d'autres cimetières             si elles sont contactées par les familles des autres victimes.             Aux environs de 16h 15, le petit cérémonial était             déjà terminé. Calme et très digne, chacune             a repris le chemin de sa maison. Rendez-vous est pris pour le 2 septembre             pour la résistance active et non violente au déni de             justice.

L'Evènement Décembre 2001