Lorsqu’un problème de santé devient une épidémie dans le vrai sens du terme, certains paramètres permettent de s’en rendent compte comme par exemple le fait de décréter une journée mondiale pour sensibiliser les populations. Et, c’est hélas le cas de l’obésité. Déclarée « épidémie globale » par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’obésité toucherait 18% de la population mondiale et représente la deuxième cause principale de décès évitable, après la cigarette. Le monde compte dorénavant plus d’adultes en surpoids que de personnes souffrant de malnutrition, a récemment indiqué l’Organisation mondiale de la santé (OMS): plus d’un milliard d’adultes est victime d’excès pondéral tandis que 800 millions ne mangent pas à leur faim. Au moins 300 millions d’adultes sont obèses, selon l’OMS.

     New-york-Paris-Caire. Ce qui était jusqu’à un certain temps le syndrome de la malbouffe américaine s’est délocalisé et a pris de l’ampleur tant en Europe qu’en Afrique (surtout connu pour nos guerres et nos famines). En 2004 déjà, l’obésité faisait 400.000 morts aux USA pour cette seule année et les prévisions étaient très pessimistes. L’obésité se place à côté du tabac au rang de 2ème cause de décès au pays de l’Oncle Sam, il touche 30% de la population américaine soit 60.000.000 de personnes.

      L’impérialisme culturel américain s’est imposé en Europe avec pour stars en plus des films et des clips made in USA, des enseignes comme Mac Do et une panoplie de boissons sucrés qui sont en fait de véritables poisons pour la santé. Conséquences : le nombre de jeunes en surpoids augmente de 400.000 par an au sein de l’UE, où plus de 200 millions d’adultes soit près de 45% de la population serait en surpoids, selon la Task Force internationale sur l’obésité (IOTF). La France n'est pas en reste, avec 40 % de la population trop de grosse, l'obésité est un problème de santé publique. Selon différentes enquêtes récentes elle atteint 6 à 7 % des hommes et 8 à 9 % des femmes à l'âge adulte.

      L’Afrique des gros. L'obésité est un problème grave et grandissant dans toute l'Afrique, en particulier dans les zones urbaines. La migration des zones rurales vers les zones urbaines a contraint un très grand nombre de personnes à modifier leur style de vie. L'exercice physique régulier et l'alimentation traditionnelle qui caractérisent la vie rurale ont été remplacés par le sédentarisme et les aliments préparés, riches en graisses et en sucres, typiques des populations urbaines défavorisées. En Egypte, 65% de la population est obèse. C’est ce qui ressort d’une étude du Centre national de nutrition du Caire effectuée en 2002. Dans les autres pays l’augmentation du nombre d’obèses peut se mesurer à l’œil nu dans les rues.

     L’obésité infantile. L’obésité progresse aussi chez les enfants : avant l’âge de 5 ans, 22 millions de bambins seraient déjà en surpoids dans le monde, selon l’OMS. Aux Etats-Unis, un enfant sur cinq sera obèse en 2010 si la tendance continue, selon un récent rapport de l’Institut de médecine américain. L’obésité infantile tend aussi à prendre des proportions alarmantes dans l’Union Européenne où plus de 14 millions d’enfants sont en surcharge pondérale, dont au moins 3 millions d’obèses, d’après des données de la Task Force internationale sur l’obésité (IOTF) publiées en mars 2002.

     Les causes. Qu’est ce qu’il y a dans ton assiette ? Les mauvaises habitudes alimentaires sont une des causeshamburger_202 majeures de l’obésité et cela est vrai aux USA comme en Afrique. Dans bien de pays africains les mères de famille ont aussi la mauvaise habitude de gaver leurs enfants, surtout les petits garçons, à qui elles réservent les plus grosses parts de nourriture. Elles leur achètent également les produits dont ils voient la publicité à la télévision : gâteaux, sodas…

     La force des préjugés. En Afrique noire en particulier et dans d’autres régions du continent, miss_awoulabala pensée commune veut que l’embonpoint soit signe de bonne santé et de réussite sociale. Plus on est riche plus on est gros. Il faut donc un niveau d'éducation supérieur pour comprendre pourquoi il est nécessaire de rester mince et donc de se priver de nourriture. De plus, pour la femme être grosse, dans certaines cultures, est signe de beauté alors il n’y a rien d’étonnant que l’obésité touche plus de femmes que d’hommes en Afrique. D'ailleurs dans mon pays la Côte d'Ivoire, un concours de beauté célèbre la "beauté africaine" les critère le plus important est d'avoir des rondeurs généreuses et harmonieuses.( une candidate du concours dans la photo ci-contre)

    La sédentarité et le manque d’activités physiques. Ces facteurs augmentent considérablement le risque d’obésité car le sucre ingurgité se transforme en graisse s’il n’estrbrb_1912 pas « brûlé » au cours d’activités physiques. Les enfants sont de plus en plus attachés aux jeux vidéo et restent des heures devant la télé. Quant aux adultes, c’est très souvent auto-boulot-resto-dodo, pas le temps de faire du sport.

    La pub qui tue. La publicité des produits alimentaires surtout destinés aux enfants a quelque chose à voir dans ce boom meurtrier de l’obésité. Dans certains pays européens, une législation plus sévère commence à voir le jour, ce qui est un bon début.

   La mort en bout de ligne. La surcharge pondérale est directement responsable de problèmes cardiovasculaires, osseux, métaboliques, et surtout du diabète de type 2( dont les victimes augmentent chaque année en Afrique)… bref, de la mort de millions de personnes chaque année. En Afrique, les campagnes de sensibilisation de masse contre l’obésité sont très rares et nous n’espérons pas hélas voir les choses changées de si tôt. En attendant, je me permets de rêver de lire un de ces jours que je sais lointain « Abus dangereux pour la santé » sur une pub de MacDo, de Burger King, de Coca-Cola ou de tout autre type de « poison » qu’on veut nous faire avaler ! coca_familly_2